Tout l'immobilier à Saint Fargeau, Auxerre, Chablis et Bonny sur Loire
30 mai

Les relations avec les voisins de votre maison à Auxerre sont au beau fixe !

AdobeStock_8985627

Entre voisins, on s’entend bien, mais parfois un peu trop bien ! Surréaliste, non ? Vous avez acheté une maison à Auxerre et bien, tranquillisez-vous, les relations entre voisins n’ont jamais été aussi bonnes ! De quoi vivre serein et être satisfait de son achat immobilier !

En effet, selon l’association QUALITEL qui dévoile des résultats de son baromètre annuel sur la qualité de vie à la maison et qui a interrogé 2 700 Français par le biais de l’institut Ipsos, les Français sont satisfaits par leur relation de voisinage. Pour 85% d’entre eux, ils entretiennent de bonnes relations avec leurs voisins. Pour 38%, leurs relations sont même « très bonnes ». Seuls 7 % estiment qu’elles ne sont pas excellentes, et pourraient s’améliorer.
La tendance est ultra-majoritaire quelles que soient les catégories de population interrogées, même si des nuances existent : ainsi les + de 60 ans, les habitants de communes rurales et les occupants de maison sont plus nombreux que la moyenne à avoir de « très bonnes » relations avec leurs voisins (respectivement 51 %, 44 %, 43 %).

Une ombre au tableau : le bruit
Sur le podium des bruits considérés comme les plus gênants, on trouve les fêtes et les soirées (32 % des occupants d’appartement se disent gênés) devant les éclats de voix (29 %) et la circulation (24 %). Évidemment, certains voisins sont tapageurs, mais ce qui pose réellement problème, c’est en réalité, la mauvaise isolation acoustique des logements.

L’ancienneté du logement, premier facteur d’inconfort acoustique
Il existe une corrélation presque parfaite entre l’ancienneté du logement et le défaut d’isolation acoustique. Si les logements récents – moins de 10 ans – sont globalement bien isolés (seulement 17 % d’insatisfaits en matière d’isolation acoustique), le taux d’insatisfaction grimpe à 25 % pour les logements construits entre 1980 et 2007, et même à 40% pour les logements de la période 1945-1979. Avec une exception à la règle toutefois : les logements « très anciens », construits avant 1900, suscitent peu de critiques (seulement 22 % d’insatisfaction), sans doute en raison de la qualité des matériaux utilisés pour la construction de ces bâtiments.

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée